Le père Hugo disait « les vaches ne boivent pas de lait » et bien moi je suis pareil. Lorsque j’étais veau j’ai été nourri au bon lait crémeux de la série Anticipation de Fleuve Noir, de Jules Verne et Henri Verne, des romans polars de Dard, des caps et épées de Zevaco et Dumas et j’en oublie… Jusqu’à mon sevrage. Depuis c’est moi qui dirige. Donc maintenant je lis tout ce que je n’écris pas (romans historiques, biographies, et polars) et la SF je me la fais à la maison.

 

Grace au club Babel, j’ai découvert l’ivresse de l’écriture de nouvelles courtes. Ça a orienté mon style pour les romans.

 

En musique j’écoute de la variété française et des vieux rocks, les chansons que je fais sont plutôt à l’inverse de mes romans, assez nostalgiques. Mes dix accords me font passer pour un blaireau auprès des fêlés de la guitare, mais je m’en fous !

 

Mes peintures sont très merdiques, surtout quand j’y mets de la couleur. Mon frère était passé avant, il m’a piqué ce talent.

 

J’aime le ciné. Mais je déteste les popcorns et la 3D (sans doute parce que je suis bigleux).

 

A 17 ans j’ai gagné un concours de twist (on était 8) et un concours de chant (on était 3).

 

Et je n’oublie pas de dire qu’on peut me voir marcher sur les sentiers parfumés, qu’il pleuve ou vente, qu’il soleille ou grisaille… du moment qu’il y a sur mon chemin ; noisettes, figues, raisins, et toutes les bonnes chose que la nature a inventé.